Greeneo > Guide pour acheter du CBD dans les meilleures conditions possibles > La production de CBD légal en France et dans le monde

La production de CBD légal en France et dans le monde

Parce que le CBD est issu d’une plante que l’on appelle chanvre, mais aussi cannabis, il interpelle, questionne. Les produits CBD, contenant donc du cannabidiol, sont l’objet de nombreuses questions sur leur production, leur intérêt et leur dangerosité. Parce qu’il est parfois dit tout et son contraire sur ce sujet, il est bon de faire un point complet sur la production de CBD légal en France et dans le reste du monde.

Les origines du CBD légal

A l’origine, tout commence par une plante dont le nom courant est le chanvre, et le nom scientifique est le cannabis. Il s’agit d’une même plante en réalité, mais qui possède plusieurs sous-catégories. Il y a le chanvre indien, une plante dont le fort taux de THC lui donne des effets psychotropes. C’est la plante que l’on utilise pour la marijuana. De l’autre côté, il y a le chanvre dit industriel, celui que l’on utilise pour la culture de ses fibres et ses graines à destination de l’industrie textile, cosmétique, de l’alimentation animale et même de la plasturgie. C’est à partir des variétés de chanvre industriel que l’on produit le CBD (cannabidiol) dont les propriétés apaisantes sont reconnues, y compris par le milieu médical. C’est donc à partir du chanvre que l’on produit le CBD légal, un CBD dont le taux THC est inférieur à 0.2 %, un taux où on le considère comme sans effet sur le cerveau. Il est bon de savoir que si la France produit elle-même encore peu de produits CBD, le pays n’en reste pas moins l’un des principaux producteurs de chanvre dans le monde, et réalise la moitié de la production européenne, soit environ 50 000 tonnes. C’est principalement pour l’exploitation des fibres que le chambre est cultivé aujourd’hui.

La culture du chanvre en France

 Que l’on ne se méprenne pas, il est tout à fait possible de cultiver le chanvre en France puisque la plante en elle-même n’a strictement rien d’illégale. La France est d’ailleurs l’un des principaux pays producteurs de chanvre industriel dont les débouchés sont aussi nombreux qu’hétéroclites. Billets de banque, huile, plasturgie automobile, litière animale, papier à cigarette, isolation domestique, industrie textile, les usages sont nombreux et méconnus du grand public. Pourtant, le chanvre se retrouve partout, même dans des cosmétiques plébiscités pour leur richesse en oméga 3 et 6 ainsi que dans l’alimentation, notamment dans les mueslis. Il est donc normal que le chanvre soit cultivé, en particulier dans l’ouest de la France. De plus en plus d’agriculteurs font d’ailleurs le choix ces dernières années de se tourner vers ce débouché. Il y a un intérêt économique puisque l’on tourne autour de 1 000 euros de rendement par tonne, chaque hectare produisant environ 10 tonnes de chanvre. L’intérêt est aussi écologique car c’est une plante dont on exploite tout, jusqu’à la méthanisation de ses déchets. Elle nécessite aussi très peu d’engrais et de pesticides, tout en consommant beaucoup de CO2, en faisant une culture qui soulage la terre. Si le chanvre n’est pas un produit estampillé bio, il n’en reste pas moins vertueux d’un point de vue écologique. Concernant la culture du chanvre, la France peut s’enorgueillir aussi de produire la plupart des semences utilisées en Europe grâce des études qualitatives approfondies sur une plante dont il existe de nombreuses variétés.

Tout est bon dans le chanvre

Toute la plante du chanvre est exploitée et c’est en partie ce qui permet d’obtenir finalement de nombreux produits CBD légal.

Le chènevis, c’est à dire la graine, est utilisé en cosmétique. On en trouve en cosmétique grand public, mais aussi, dans le domaine des produits cosmétiques CBD avec l’ajout de cette dernière molécule. Entre le CBD et les Omega 3 et 6 naturels du chanvre, il s’agit de produits de beauté de grande qualité. Il existe des crèmes pour les mains, soins du visage et d’autres encore comme le baume CBD.

La fibre du chanvre est ce que l’on a toujours utilisé de cette plante. C’est ce qui permet de faire les tissus, comme les voiles de navires. On a longtemps utilisé aussi le chanvre pour la réalisation de cordes.

La chènevotte est la partie boisée qui fait le centre de la tige. Cela représente une grande partie de la plante en termes de poids. Longtemps ce fut un sous-produit. Aujourd’hui, on sait valoriser cette partie de la plante qui est transformée en litière végétale, ou en matériau d’isolation.

Comment obtenir le CBD légal à partir du chanvre ?

Pour produire le CBD légal à partir de cette production de chanvre, trois méthodes distinctes s’utilisent. La première est celle de l’extraction CBD par CO2. Le dioxyde de carbone est utilisé pour extraire tous les composés du chanvre, y compris le cannabidiol. Toute la plante est utilisée, le processus est relativement peu coûteux et surtout il ne dénature aucune des propriétés de la plante. On utilise aussi l’extraction par l’alcool. On utilise pour cela les bourgeons du chanvre qui sont trempés dans l’alcool que l’on fait s’évaporer ensuite pour récupérer une pâte à la très forte concentration de CBD. La méthode d’extraction CBD par l’huile CBD est relativement similaire à celle de l’alcool, on utilise les bourgeons, mais bien plus rapide pour obtenir un résultat.

Le nom est peut-être sulfureux, puisque le CBD vient du cannabis, mais en réalité la substance n’a rien d’illégale puisque le CBD est légal en France, vous pouvez donc acheter du CBD sereinement. Mais pour ses vertus apaisantes, relaxantes et permettant de soulager les douleurs de diverses maladies, vous savez désormais comment le CBD est produit et comment le retrouver dans divers produits du quotidien.